Plus que le gîte et le couvert : aborder l’avenir des refuges pour personnes sans-abri

Un nouveau livre montre comment des refuges ouvrent la voie pour mettre fin à l’itinérance chronique

Plus de 60 personnes se sont rassemblées, le 12 décembre dernier, à la Bibliothèque et centre d’informatique Atwater à l’occasion du lancement montréalais du livre Beyond Shelters, Solutions to Homelessness in Canada from the Front Lines (2018), publié aux éditions Lorimer. Invitées par la Mission, les personnes présentes ont pu entendre trois des coauteurs du livre, soit Matthew Pearce, Arlene Haché et James Hughes. Ce livre est un recueil d’essais rédigés par des leaders communautaires œuvrant dans le secteur de l’itinérance au Canada, qui livrent leur réflexion sur le rôle et l’avenir des refuges pour personnes sans-abri au pays.

De gauche à droite : James Hughes, Matthew Pearce et Arlene Haché

Ce que les auteurs avaient à partager

James Hughes, de la Fondation McConnell, auparavant sous-ministre au ministère des Services familiaux et communautaires au sein du gouvernement du Nouveau-Brunswick de 2008 à 2011, affirme que l’époque où les refuges servaient à garder les personnes en situation d’itinérance hors de la vue et des consciences est révolue. « Au cours des 25 dernières années, les refuges pour personnes en situation d’itinérance au Canada ont évolué pour le mieux et sont appelés à s’améliorer encore davantage pendant la prochaine décennie.  Beyond Shelters explique comment les refuges du Canada sont devenus des chefs de file en matière de réduction de l’itinérance au pays. Le livre fait aussi état de leurs aspirations pour mettre fin à l’itinérance dans les collectivités qu’ils desservent. »

Matthew Pearce, président et chef de la direction de la Mission Old Brewery, a parlé de son expérience à titre d’auteur collaborateur et de témoin des changements d’envergure survenus au sein de la Mission. « Mettre des mots sur les changements révolutionnaires qui ont redéfini la Mission Old Brewery s’est avéré à la fois compliqué et stimulant. Compliqué en raison de l’amplitude de la transformation de la façon de penser et des services offerts, et stimulant parce que nous sommes véritablement sur la bonne voie pour mettre fin à l’itinérance comme nous la connaissons aujourd’hui à Montréal », a dit M. Pearce.

Arlene Haché, directrice générale du Centre for Northern Families de Yellowknife, a partagé les connaissances qu’elle a acquises pendant ses années à des postes de direction dans le secteur et ayant personnellement vécu en situation d’itinérance pendant sa jeunesse. « Les conversations directes avec les personnes ayant vécu l’expérience de l’itinérance sont au nombre des dialogues les plus importants aux fins de l’application d’un cadre conceptuel des droits de la personne en matière de logement. »

On peut se procurer le livre en ligne sur :